« L’enseignement polonais en France. De l’influence fondamentale de l’époque des partages (1795-1918) »

Licence Creative Commons
Ce(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Dans le cadre de la journée des jeunes chercheurs  « En Pologne, c’est-à-dire nulle part » (A. Jarry, Ubu roi) : La Pologne et les Polonais dans la culture européenne à l’époque des partages (1795-1918) organisée le 15 janvier 2019 à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. 

Les XVIIIè et XIXè siècles vont marquer un tournant de l’histoire de la Pologne et des Polonais. C’est au cours de ces siècles que les Polonais vont apprendre à être et rester Polonais sans nation. C’est dans la mort physique à plusieurs reprises de l’État polonais comme dans l’exil et l’immigration, que les Polonais vont prendre l’habitude de mener avec eux tout l’orgueil de leur pays perdu ou disparu. Nous pouvons dire que c’est en grande partie à cette époque que l’identité polonaise se construit, s’affirme, se renforce, du moins, où les grandes composantes de la polonité s’érigent et deviennent piliers d’une identité collective nationale. L’historien Jerzy Jarzebski indique que « La polonité au XIXè n’était donc pas quelque chose que les Polonais auraient acquis de manière naturelle ; cette manière était perçue en tant que devoir ou tâche à accomplir » (Jarzebski, 1993, p.25). Tâche qui consistait à maintenir et conserver cet esprit national sans nation face aux tentatives de germanisation à l’ouest et de russification à l’est.

Continuer à lire … « « L’enseignement polonais en France. De l’influence fondamentale de l’époque des partages (1795-1918) » »