Varaville. Deux ouvrages sur la Pologne de Jean-Luc Sochacki

Ouest-France

Publié le 02/11/2021 à 05h24

L’auteur Jean-Luc Sochacki présentait ses deux livres, mercredi, à la bibliothèque.

Le premier, intitulé La scolarité des enfants d’immigrés polonais en 1919 et 1939, est issu de son travail de thèse de doctorat en sciences de l’éducation. Paru en février 2020, il décrit la façon « dont les Polonais ont installé des écoles en polonais pour leurs enfants dans le Calvados », indique l’auteur devenu professeur d’histoire-géographie à Falaise. « Les Polonais avaient l’optique du retour au pays. Ils ne voulaient pas perdre leur culture. » « Beaucoup d’archives de Varsovie allaient dans le même sens que les Archives du département du Calvados. J’ai été surpris à Varsovie de voir des archives sur les écoles de Mondeville, par exemple. C’est une histoire qui touche beaucoup de gens d’ici. »

Le second ouvrage est un dictionnaire de la Pologne en 192 définitions. « C’est un portrait du pays d’aujourd’hui. Ce n’est pas un guide de voyage mais il vient en supplément d’un guide de voyage », précise l’écrivain. Petit et peu épais, on y retrouve une masse d’informations et « beaucoup de liens avec la France : Napoléon, Marie Curie, de Gaulle ».

« Sois le meilleur que tu sois » Martin Luther King

« Chacun de nous porte en soi, cachées au plus profond de lui-même, des forces créatrices, et nous avons le devoir de les découvrir et de les utiliser. Lorsque quelqu’un a découvert pourquoi il a été créé, il doit mettre tout en œuvre pour réaliser au maximum le plan du Créateur, suivant ses propres possibilités.
Il doit essayer de réaliser quelque chose de façon telle que personne ne soit capable de le faire mieux que lui. Il doit le faire comme s’il s’agissait d’une mission spéciale que lui aurait confiée le Créateur, à lui personnellement, et à ce moment précis de l’histoire du monde.
Personne n’est capable de réaliser quelque chose d’exceptionnel s’il n’a pas le sentiment d’avoir été appelé spécialement pour cela, en un mot, s’il n’a pas la vocation.
Si votre mission est d’être balayeur de rue, vous devez balayer les rues dans le même esprit que Michel-Ange lorsqu’il peignait ses toiles, que Beethoven lorsqu’il composait ses symphonies, que Shakespeare lorsqu’il écrivait ses drames.
Vous devez balayer les rues d’une façon tellement parfaite que chaque passant puisse dire:  » Ici, c’est un grand balayeur qui a travaillé ; il a bien accompli sa tâche! « 
C’est ce que voulait dire le poète Douglas Mallock quand il écrivait :
 » Si tu ne peux être pin au sommet du coteau, sois broussaille dans la vallée
Mais sois la meilleure petite broussaille
Au bord du ruisseau.
Sois buisson si tu ne peux être arbre
Si tu ne peux être route, sois sentier
Si tu ne peux être soleil, sois étoile,
Ce n’est pas par la taille que tu vaincras, Sois le meilleur que tu sois « 
.
Martin Luther King

Zbyszko Siemaszko

La ville décombres puis les nouveaux bâtiments qui sortent de terre, la reconstruction, le quotidien, le travail, Zbyszko Siemaszko a été LE photographe de la reconstruction et de la renaissance du pays ; celui qui a su photographié Varsovie, ses bâtiments et ses habitants comme personne, sans négliger l’esthétique pure.

Né en 1925, Zbiszek Siemaszko est né dans une famille de célèbres photographes de Vilnius. Soldat dans l’armée de résistance polonaise (AK Armia krajowa), prisonnier délivré par ses camarades de lutte, Siemaszko a ensuite vécu du photojournalisme jusqu’en 1990, année de sa retraite. Il s’est éteint en mars 2015.

Zbyszko Siemaszko, « Warszawa Siemaszki sur le portail Culture.pl

Rencontres signatures/dédicaces

Quelques dates où je serai présent :

  • Samedi 18 septembre au Salon des écrivains du pays de Falaise
  • Mercredi 27 octobre à la bibliothèque de Varaville (14390)
  • Samedi 18 décembre en coopération avec l’association Mémoire et patrimoine SMN à la médiathèque de Colombelles
  • 21 au 27 mars 2022 semaine de la langue française et de la francophonie à Cracovie – en partenariat avec l’Institut français de Cracovie (à déterminer)
  • 8,9 et 10 avril au Festival « Littéraire et artistique de Thénac (17444) – L’écriture prend le large« 

CRACOVIE/KRAKOW

Aucune objectivité pour ma part sur ce qui est sans aucun doute (et selon moi) la plus belle ville du monde : Cracovie ! En vrac ici quelques images de la vieille ville, du blonia, du Rynek, des berges de la Wisla, du Wawel, de Kazimierz mais aussi de la région Malopolska (Bochnia, Wadowice, Wieliczka etc).

Continuer à lire … « CRACOVIE/KRAKOW »

Varsovie

S’il est une ville qu’il faut appréhender, apprendre à connaître, une ville qui ne se donne pas facilement, c’est bien Varsovie. La capitale polonaise se mérite. Dans un premier temps, on peut être rebuté par les grands axes routiers, les bruits de la ville etc mais en y passant du temps, on tombe très vite sous son charme.

Continuer à lire … « Varsovie »

Lodz

Lodz (qui se prononce « Woutche » en polonais) est une ville qui a connu un essor considérable au XIXème siècle grâce à l’industrie textile. Le « Manchester polonais » (comme on le dit parfois) s’est développé sous l’influence de grands entrepreneurs comme Karol Scheibler ou Izraël Poznanski qui se sont bâtis de petits palais partout dans la ville encore visibles aujourd’hui et qui parfois peuvent être visités. Au début des années 2000, c’est la concrétisation du projet de rénovation d’anciennes usines textiles qui a offert un nouveau centre névralgique (commerces, salles de sport, salles de cinéma, bars, restaurants… : la Manufaktura.

Continuer à lire … « Lodz »

Kazimierz Dolny

Petit village charmant, calme et paisible situé au sud de Varsovie, sur la Wisla, où il y règne une atmosphère particulière. Kazimierz Dolny reste un endroit prisé par les artistes (on y trouve nombre de galeries de peintres comme la galeria Mazurek et autres artistes). Ce petit village conserve aussi beaucoup de traces des nombreux Juifs qui y habitaient avant 1939.

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer