À partir d’aujourd’hui nous sommes tous des guerrières.

Par Olga Tokarczuk – 23 octobre 2020

« Le fondamentalisme religieux n’a toujours entrainé que la souffrance, la torture et la mort. Nous le savons déjà par l’histoire. Vous souvenez-vous de l’épreuve de l’eau ? Une femme soupçonnée de sorcellerie était ligotée et jetée à l’eau. Si elle arrivait à s’être sauvée, le tribunal la déclarait coupable. Et quand elle se noyait, elle était innocente et retrouvait le respect.Il en est de même aujourd’hui – les femmes qui seront condamnées à donner naissance à un enfant déformé et/ou incapable à survivre doivent être irréprochables et dignes de respect.
Les dirigeants ont imposé à l’État polonais le droit inquisitoire.
C’est un nouvel épisode de la guerre menée par le patriarcat depuis des siècles contre les femmes, cette fois sous prétexte de protéger la vie. La haine obsessionnelle pour les femmes, pour leur corps, le besoin compulsif de contrôler la sexualité et la fertilité, vient d’une faiblesse perçue. Le patriarcat est un colosse sur des jambes d’argile.
Regardons les choses en face – ce système utilisera cyniquement chaque moment de crise, de guerre, d’épidémie pour ramener les femmes à la cuisine, à l’église et au berceau. Les droits des femmes ne sont pas acquis et reconnus une fois pour toutes. Nous devons les protéger comme tout autre acquis qui étend le champ des libertés civiles et de la dignité humaine. À partir d’aujourd’hui nous sommes tous des guerrières. »